Forum réserve opérationnelle

Nouvelle adresse du forum : SERVIR & DEFENDRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 LES TRADITIONS MILITAIRES

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
nico126
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 8:44

4e cuirassiers: 4e Cuirassiers, régiment de Fierté !

3e Cuirassiers : Esclainvillier ? Je suis !

3e escadron / 1e Chasseurs : A cheval !
Revenir en haut Aller en bas
à fond
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 16:58

Una autre tradition maintenant reprise par l'ensemble de l'Armée de Tere mais que la marsouille n'a jamais lâché faisant grincé quelques dents dans les hautes sphères de l'EMAT: le calot !! marsouin

Le calot a été remis à l'honneur par l'inspecteur des TDM .
Il est porté à l'occasion des activités de tradition et des "dégageantes" .
Il faut savoir que les TDM (marsouins et bigors) portaient et portent toujours leur calot d'une façon différente des autres Armes .
Cette façon de faire s'appelait "pipoter son calot" et consistait à rentrer les pointes et à coudres les "fesses" du calot : un calot marsouin bien porté se reconnaît donc à ses deux bosses , une à l'avant et une à l'arrière !!
Les calots que l'on acquiert actuellement sont "pipotés" à la confection !!

Allez une petite chanson de tradition entonnée lors des repas "tradi" à la fin de la poussière ( autre tradition de ceux qui ont arpenté les terres arides de certaines colonies ) :

"Les biffins c'est comme les homardds ,
Quand c'est qui c'est rouge !
Respectez l'armée Coloniale
Qui boit du vin rouge !

Putain d'biffin qu'as-tu
As-tu de la merde aux fesses ?
Putain d'biffin qu'as-tu ,
As-tu de la merde au cul ?
Si t'en as pas , t'en as eu
Biffin de la merde aux fesses
Si t'en as pas t'en as eu
Biffin de la merde au cul !

Pine d'ours , couilles d'éléphant
Militaire et bonne d'enfant
Si j'te foutais ma pine dans l'cul
Prendrais tu mes couilles pour des mirabelles ?
Si j'te foutais ma pine dans le cul
Prendrais tu mes couilles pour des prunes au jus ?

Ahhh!!!!Ohhh!!!
Encore un giron d'enculé
Sous la guitoune de l'aumônier !!!"


Petite note informative :
le terme biffin désigne aujourd'hui le fantassin mais il désignait à l'origine une personne mal habillée , car de tout temps les coloniaux ont attachés une grande importance à l'entretien de leur tenue de sortie car ils devaient acquérir pécunièrement celle-ci sur leur propres deniers .
Revenir en haut Aller en bas
à fond
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 17:17

Je n'avais pas vu le post du Kiné :
je vais être sympa et lui faire juste un peu réviser son histoire .
Rapidement ...
Les Troupes de Marines ont été créées en 1622 par le Cardinal de Richelieu , les compagnies franches et compagnies de la mer .
On passe vite fait sur le Canada avec Jacques Cartier , la remontée du Saint-Laurent , quelques batailles avec les anglais , la conquête de la Louisiane , l'épisode Lafayette .

Juste pour le plaisir , les inscriptions aux drapeaux de quelques régiments coloniaux :
1° RIMa :
MOGADOR 1844 ALMA 1854
PALIKAO 1860 KI-HOA 1861
BAZEILLES 1870 SONTAY 1883
LA MARNE 1914 CHAMPAGNE 1915
LA CERNA 1916

2° RIMa:
OMARSUND 1854 PUEBLA 1863
BAZEILLES 1870 TUYEN QUAN 1885
LA MARNE 1914 CHAMPAGNE 1915
LA SOMME 1916 L'AISNE VERDUN 1917
KUB-KUB 1941 El ALAMEIN 1942
TAKROUNA 1943 PORTE CORVO 1944
TOULON 1944 COLMAR 1945
INDOCHINE 1947-54

3° RIMa:
MOGADOR 1844 ALMA 1854
PALIKAO 1860 KI-HOA 1861
BAZEILLES 1870 SONTAY 1883
LA MARNE 1914 CHAMPAGNE 1915
LA CERNA 1916

RICM :
MARNE 1914-1918 VERDUN-DOUAUMONT 1916
LA MALMAISON 1917 PLESSIS DE ROYE 1918
L'AISNE-L'AILETTE 1918 CHAMPAGNE 1918
ARGONNE 1918 MAROC 1925-1926
TOULON 1944 DELLE 1944
KEHL 1945 INDOCHINE 1945-1954

Je n'ai pris que quatre régiments pour des raisons de concision , ce qui n'enlève rien à la valeur des autres régiments TDM .

En raison de l'histoire mouvementée des Troupes de Marine , compagnies Franches , Compagnies de la Mer , Régiments coloniaux , le rattachement à la Marine etc ... , certains faits d'armes ne sont pas mentionnés dans les inscriptions aux drapeaux mais sont annotés dans les historiques des différents régiments qui ont parfois une histoire commune .

Pour la petite histoire , le fameux "tonnerre de Brest" était servi par des bigors et protégé par des marsouins .

Voilà pour la petite page culturelle !!!

Et au nom de DIEU !!!
VIVE LA COLONIALE !!!!!!!!!!
o|---}
Revenir en haut Aller en bas
lekine
Caporal Chef
Caporal Chef
lekine

Nombre de messages : 146
Age : 57
Localisation : Quelque part au Nord de Paris
Date d'inscription : 14/04/2006

LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 17:35

Merci à fond de ta page d'histoire ; il est vrai que les TDM ont une histoire au combien plus ancienne que celle des chasseurs d'Orléans.
Mais ces derniers ont une tradition tout aussi ancrée que celle des TDM ou que de la légion.
J'ai tout de même un petit faible pour celles des TDM ayant eu l'honneur et le privilège de porter l'Ancre d'Or et il en reste toujours quelque chose de bon
Revenir en haut Aller en bas
à fond
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 18:52

Concernant les TDM , peu de gens savent que les cadres des troupes de Marine peuvent porter les éperons d'or , distinction britannique attribué par la reine Victoria , aprés l'affaire de Balaklava le 6 novembre 1845 .
Les cadres des TDM portaient déjà le éperons de cuivre jaune depuis la restauration , le réglement de 1854 en fait mention .

Cette préçision est tiré du carnet de tradition du 2° de Marine .

J'en ai encore quelques unes sous le coude !!!

Je suis d'ailleurs toujours à la recherche de carnets tradi des différents régiments de la coloniale , actuels ou dissouts et de tous documents (même en photocopies ou format PDF sur la coloniales et les coloniaux ; ainsi que de tous documents sonores se rapportant à la Colo en particulier les chants .
Mon capitaine , mais néanmoins ami , fait plutôt dans la collection de tenue , il vient de faire l'acquisition d'un splendide casque colonial en pain de sucre comme dans cette affiche de recrutement (il les a presque toutes au passage!!) . Le reste de la tenue viendra plus tard ( ça coute bonbon !!) mais il a déjà le ceinturon (d'époque !!) qui est la pièce maitresse car trés trés rare .

LES TRADITIONS MILITAIRES 034
Revenir en haut Aller en bas
Banni 1
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 18:57

Dès que je l'ai en format qui va bien, je t'envoie le chant du RMT qui a changé depuis un mois. Ce n'est plus le chant de la 2°BB mais un chant propre au rgt.
Revenir en haut Aller en bas
à fond
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 18:59

Oups , j'avais oublié de mettre ça !!
L'Ancre d'Or :
L'ancre de marine , encâblée en sens inverse de celle portée par les marins , le câble passant à droite du diamant, est l'attribut de la Coloniale.
L'Ancre est apparut pour la première fois sur l'uniforme du Corps Royal de la Marine , comprenant les 8 régiments des ports , le 18 juin 1772 .
Revenir en haut Aller en bas
à fond
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 19:02

LE RMT !!!
Un petit texte tiré du sitnonoff concernant ce régiment :
Un régiment au passé récent mais particulièrement glorieux : «Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couelurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg»
Ce pari audacieux fait le 2 mars 1941 à Koufra, en Lybie, par le colonel LECLERC sera tenu trois ans plus tard, le 23 novmebre 1944. Le Deuxième conflit mondial à peine terminé, le RMT, sous les ordres du Lieutenant-Colonel MASSU, rejoint l'Indochine ou il participe à la libération de Hanoï en mars 1946. Le régiment intervient ensuite au Maroc de 1955 à 1959. Seul régiment de l'Armée Française rallié en bloc dès août 1940 au Général De GAULLE, il est la seule unité de marche à avoir survécu à la mission pour laquelle elle a été créée.
Revenir en haut Aller en bas
Banni 1
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 19:04

Régiment constitué de bric et de broc à partir des RTST, mais il est resté après guerre alors que du fait de son nom (marche) son avenir après guerre n'aurait jamais dû exister. Comme quoi lorsqu'une unité rend de grands services, on sait la garder comme telle.
Revenir en haut Aller en bas
nico126
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 20:18

ou alors garder les initiales : Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc et Régiment d'Infanterie Chars de Marine.
Ceci dit, sans faire de la mauvaise branche pour le plaisir, je vois pas le rapport entre ces deux noms, si ce n'est justement les initiales. Il aurait mieux valu garder l'ancien nom qui voulait lui dire quelque chose. A moins que je n'ai pas toutes les informations en main, et si c'est le cas, merci de m'éclairer.
Revenir en haut Aller en bas
Banni 1
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 20:57

Laissons aux grands spécialistes le soin d'y répondre. Je vais vous quitter pour une dizaine de jours... direction le pays des irréductibles où je vais me faire une cure de lecture et de bonne chaire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 12 Juil - 21:03

Bravo messieurs pour toutes ces informations.
En avez-vous sur la Légion?
Revenir en haut Aller en bas
Fritz le loup
Sergent
Sergent
Fritz le loup

Nombre de messages : 162
Localisation : alsace
Date d'inscription : 27/03/2006

LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 13 Juil - 0:20

lekine a écrit:
Fritz le loup a écrit:
REFRAINS DES CORPS DE CHASSEURS


1. Si l’Septième de lignes a des couill’s au cul ,Le Premier Chasseurs les lui a foutues !
2. Le Commandant a mal aux dents mes enfants.
Le Commandant a mal aux dents mes enfants !
3. V’la l’3e,v’la l’3e qui rapplique au galop ! V’la l’3e,v’la l’3e qui rapplique sac au dos !
4. Quatrième Bataillon, Commandant Clinchant ,toujours en avant !
5. Cinquième Bataillons ventre a terre ,Commandé par certain Canrebert, en avant !
6. Le sixième est là ! Il est peu là !
7. Bataillon, Bataillon, Bataillon de fer ! Bataillon, Bataillon, Bataillon d’acier !
8. T’as beau courir ,tu n’me rattrap’ras pas ! T’as beau courir ,tu n’me rattrap’ras pas
9. Marie j’ai vu ton cul tout nu ! Cochon pourquoi l’regardes-tu ?
10.Dixième Bataillon, Commandant Mac Mahon. N’a pas peur du canon, nom de nom !
11. Onzième Bataillon d’Chasseurs Alpins .Onzième Bataillon d’Alpins !
12.Ah c’qu’il est con, c’qu’il est con l’douxième. Ah c’qu’il est con, c’qu’il est con c’con là !
13..Sans pain, sans fricot .Au treizième on n’boit que de l’eau !
14.La peau d’mes roulettes pour une casquette. La peau d’mes rouleaux pour un chapeau !
15.Je fum’rai bien une pipe.Mais je n’ai pas d’tabac !
16.Seizième Bataillon de Chasseurs à pieds. Seizième Bataillon d’acier !
17.Cré nom d’un chien,nous voilà bien partis ! Cré nom d’un chien, nous voilà bien !
18.Encore un biffin d’enfilé, rompez !Encore un biffin d’enfilé!
19. Trou du cul ,trou du cul plein d’poils sales ! Trou du cul , trou du cul poilu !
20.Vingtième Bataillon .Commandant Cambriels. Les Chasseurs aux pieds ont des ailes !
21.En voulez vous des kilomètres, en voilà !
En voulez vous des kilomètres, en voilà !
22. Encore un biffin d’tombé dans la merde. Encore un biffin d’emmerdé !
23.V’là l’Ving-troisième, nom de dieu ! Ca va barder !
24.Tout le long du bois j’ai baisé Jeannette .Tout le long du bois j’l’ai baisé trois fois !
25.Pas plus con qu’un autres, nom de dieu !Mais toujours autant !
26.Tu m’emmerdes et tu m’fais chier. Tu m’dis ça c’est pour blaguer !
27.Si vous avez des couilles. Il faudra le montrer !
28..Saute putain t’auras d’la saussice ! saute putain t’auras du boudin !
29.C’est le vingt neuvième qui n’a pas pain .Qui crève de faim, qui march’quand même !
30.Il était un ptit homme. Tout habillé de bleu ;nom de dieu !
31.trente et unième, l’dernier v’nu . pas l’plus mal foutu !
32. Si j’avais du pinard j’en boirais bien une goutte.
Si j’avais du pinard j’en boirais bien un quart !
40.Trou du cul … de la reine des Hovas !
41.Ils en ont au nez, ils en ont au cul,
Donc en avant et vive les poilus !

un ancien du 1er GC

Bravo Fritz ;dis tu y a été quand au 1GC.

L'origine de ces refrains date de l'époque ou lorsque l'on appelait les bataillons, il y avait une sonnerie spécifique ; pour permettre aux chasseurs de se souvenir de leur sonnerie, des paroles ont été mises sur la musique

en 88 89
1° Cie
2° Section
la devise

le premier toujours et partout

je crois que les traditions ont été reprise par le 16 BC
Revenir en haut Aller en bas
nico126
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 13 Juil - 11:03

Valmara a écrit:
Laissons aux grands spécialistes le soin d'y répondre. Je vais vous quitter pour une dizaine de jours... direction le pays des irréductibles où je vais me faire une cure de lecture et de bonne chaire...

Bonne vacances!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 13 Juil - 15:39

J'avais trouvé ça sur l'histoire de la réserve je ne sais plus où sur la toile....peut-être un peu succint mais les premières phrases du dernier paragraphe sont tellement vraies...à vous de juger.

L'histoire de la réserve en France.

La notion de réserve est née du besoin de faire appel aux hommes immédiatement disponibles pour assurer la défense de la terre, du village ou du château en attendant l'arrivée des soldats et pour leur servir ensuite de renfort. Il s'agissait donc au départ d'un besoin local de proximité pour lequel il était fait obligation à tout homme valide de participer à la défense de la communauté.

La véritable réserve est, en fait, apparue à la période féodale dès lors qu'une armée permanente a commencé d'exister avec la chevalerie ; les renforts nécessaires ont été trouvés dans la convocation de l'arrière ban. Chaque homme possédant plusieurs manses de terre (une manse = la maison et son jardin ainsi que les champs situés immédiatement autour) devait s'équiper à ses propres frais et partir à la guerre. Très rapidement ce système s'est trouvé vicié par le remplacement de la convocation par un impôt et la création d'une véritable armée de métier.
Au fil de l'histoire, on retrouve ensuite des tentatives de création de réserves locales sous des noms divers et variés tels que le ban féodal ou les communes. La première organisation structurée a été conçue par Charles VII avec les compagnies de francs-archers. Mais ces organisations n'ont jamais été durables, les soldats d'occasion ainsi levés étaient de valeur guerrière toute relative, malgré certains épisodes légendaires tel que celui du " grand Ferré". Méprisées par la chevalerie qui n'hésitera pas à Bouvines à piétiner les communes de Compiègne, Beauvais, Amiens venues à la rescousse du Roi, pour les chasser de la première ligne, elles n'auront qu'un rôle limité et secondaire et resteront sous-équipées et sous-entraînées.
Au 17e siècle, on observe une initiative intéressante avec la création des milices qui seront territoriales ou gardes-côtes, c'est-à-dire face à l'Angleterre. Elles dureront presque un siècle et fourniront des renforts non négligeables pour les guerres de Richelieu et Louis XIV, mais constituées de combattants médiocres et peu motivés elles seront pratiquement dissoutes en 1696.
Les deux siècles qui suivront ne verront pas de grosses réserves structurées et organisées mises sur pied. La révolution en appellera à la nation en armes mais se contentera d'un système de conscription par tirage au sort sans prévoir de dispositif de mobilisation s'appuyant sur des classes rappelables.
Le choc de la défaite contre l'Allemagne en 1870 fait brutalement prendre conscience de la nécessité de préparer une armée nombreuse en prévision de la revanche. On décide alors de créer un corps d'officiers de réserve, les ORSEM, dont les effectifs augmenteront rapidement. Mais ils diminueront tout aussi vite par suite de leur relégation par le commandement dans des tâches subalternes ou encore sous l'influence de la vague antimilitariste née des mouvements sociaux de la période et qui aura des conséquences importantes sur le moral de ces personnels issus de la société civile.
La loi du 21 mars 1905 permet enfin de moderniser notre dispositif : en même temps qu'elle crée un service militaire pour la première fois égalitaire, elle décide que 20 classes seront désormais mobilisables.

Cette loi fondamentale, complétée par une autre loi en 1913, va permettre de disposer dès le début de la guerre de 25 divisions de réserve. Ces lois feront passer sous les drapeaux plus de 8.000.000 d'hommes durant les cinq années de la 1ère guerre mondiale. Et, pour la première fois, durant ce conflit, réservistes et cadres d'active se côtoient dans une même camaraderie et un même esprit de sacrifice. Nos réservistes sont totalement indissociables de cet épisode héroïque de notre histoire et méritent davantage qu'un hommage passager.

C'est la réserve qui a permis à l'armée française de tenir plus de quatre années. Elle a symbolisé pour la première fois la volonté nationale de défense et de résistance face à l'occupant. La loi portant organisation de la réserve militaire - qui a été adoptée par le Parlement le 22 octobre 1999 sous le n° 99-894 - permet d'achever le dispositif législatif prévu pour l'armée professionnelle, en assurant la création d'une composante réserve, intégrée à l'active et renforçant ses liens avec la Nation. Cette loi est applicable depuis le 5 décembre 2000, par la prise d'un décret particulier.
Revenir en haut Aller en bas
à fond
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 13 Juil - 15:58

Le Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc naît à Rabat au début août 1914. Il livre quatre années de combat au coeur de la grande guerre, natamment marquées par la prise du fort de Douaumont, le 24 octobre 1916 qui lui vaudra d'être décoré de la Légion d'Honneur. Il est envoyé dans le Rif Marocain de 1925 à 1932. Il participe ensuite à la Campagne de France lors de laquelle il est natamment la première unité alliée à atteindre le Rhin à Rosenau, le 13 Novembre 1944.
De 1945 à 1954, il combat en Indochine et rejoint l'Algérie en mai 1956. En 1958, il change de nom et devient le Régiment d'Infanterie-Chars de Marine.
Implanté à Vannes de 1963 à 1996, il s'installe à Poitiers en juillet 1996 pour repartir immédiatement en opération à Sarajevo.

Il faut savoir aussi que son acronyme de son nom correspond aussi à l'acronyme de sa devise :
Recedit Immortalis Certamine Magno
Il revint immortel de la grande bataille
Revenir en haut Aller en bas
nico126
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 13 Juil - 16:46

à fond a écrit:
Il faut savoir aussi que son acronyme de son nom correspond aussi à l'acronyme de sa devise :
Recedit Immortalis Certamine Magno
Il revint immortel de la grande bataille

C'est peut-être ***, mais cette histoire de pérénité de la devise me plait plus !
Revenir en haut Aller en bas
Banni
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 13 Juil - 18:28

!


Dernière édition par le Mar 5 Sep - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lekine
Caporal Chef
Caporal Chef
lekine

Nombre de messages : 146
Age : 57
Localisation : Quelque part au Nord de Paris
Date d'inscription : 14/04/2006

LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 13 Juil - 19:22

Je dirais même plus ET NON CE N'EST PAS *** !
Ne faîtes pas de hors sujet!!!
Fara modo
Revenir en haut Aller en bas
nico126
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyVen 14 Juil - 19:35

au fait, le 4e Cuir : In gemino certamine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyMer 16 Aoû - 22:30

et ce meme régiment (ricm) qui a perçé la ligne de front sur le chemin des dames , je suis tombé sur une plaque commérative en allant bossé dans le coin
Revenir en haut Aller en bas
MG
Caporal
Caporal
MG

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 20/06/2006

LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 17 Aoû - 9:47

FARAMIRE a écrit:
Bravo messieurs pour toutes ces informations.
En avez-vous sur la Légion?


Bref historique de la Légion

Héritière des régiments étrangers au service de la France, la Légion étrangère est créée le 10 mars 1831 par une ordonnance royale de Louis-Philippe. Elle conquiert un de ses plus beaux titres de gloire au Mexique le 30 avril 1863 lors du combat de l’hacienda de Camerone. Ce combat dont le nom est inscrit sur tous les drapeaux de la Légion, reste le symbole de l’exécution intégrale de la mission jusqu’au sacrifice total. Engagée sur tous les théâtres d’opérations extérieurs, participant lors des deux grandes guerres à la défense du "sanctuaire" national, la Légion étrangère a su traverser le temps et s’adapter aux techniques et aux missions d’aujourd’hui en servant la France avec Honneur et Fidélité.

1831 (10/03) créée par ordonnance du roi Louis-Philippe qui spécifiait sa vocation à servir "hors du territoire du Royaume" (cette exclusive a été levée). Formée d’anciens membres de la garde Suisse et du régiment Hohenlohe encadrés par des officiers français, elle participa à la conquête de l’Algérie. 1835 cédée à l’Espagne, elle l’aida à vaincre l’insurrection Carliste de 1835 à 1838. Parallèlement, une 2ème Légion, créée le 16 décembre 1835, poursuivit la conquête de l’Algérie. 1855 engagée en Crimée à Sébastopol. 1859 sous le nom de 1er et 2ème régiments étrangers, en Italie à Magenta.

1862 arrivée au Mexique où elle perdit 31 officiers, 1917 sous-officiers et légionnaires. Le 30 avril 1863, dans l’hacienda de Camerone, 3 officiers et 62 soldats du capitaine Danjou résistèrent une journée aux 1200 cavaliers et 800 fantassins mexicains du colonel Milan : ils en tuèrent 300 et en blessèrent autant. Danjou fut tué. Le nom de ce combat est inscrit sur les drapeaux de la Légion. Amputé de la main gauche en 1853, le capitaine Danjou portait une prothèse en bois. Retrouvée sur les lieux du combat, elle est exposée dans la crypte du musée de la Légion et chaque année, lors de la prise d’armes de Camerone (le 30 avril), elle est présentée aux troupes. 1870 participe à la guerre, puis retourne en Algérie.

1875 reprend le nom de Légion étrangère. 1883 envoyée au Tonkin pour protéger les populations contre les Pavillons-Noirs à Tuyen-Quang : 600 légionnaires résistent à 20 000 Chinois. 1892 engagée au Dahomey contre Béhanzin, puis au Soudan et à Madagascar. De retour à Sidi-bel-Abbès, engagée dans le Sud-Oranais où les nomades multiplient les razzias. 1914/1918 stationnée au Maroc, une partie rentre en France : 36644 volontaires étrangers et 6329 Français passèrent, en 52 mois de guerre, dans 5 régiments de la Légion encadrés par les anciens légionnaires : les pertes les réduisirent, à la fin des combats, à un régiment de marche qui fut le 1er de tous les régiments de l’armée française à recevoir la Médaille militaire (août 1919) : décoré de la Légion d’honneur, il a 9 citations. 1920/1926 contribue à la pacification du Maroc : en Syrie, lutte contre les Druzes. 1935 comprend 18000 Allemands. 1939 nombreux engagements de républicains espagnols : 5 régiments, 1 demi-brigade et 1 groupement de reconnaissance divisionnaire étrangers sont constitués en France. Le 14 juillet port officiel du képi blanc. 1939/1940 le Comte de Paris (sous le nom d’Orliac) et le Prince Napoléon (sous celui de Blanchard) servent comme 2ème classe. 1940 (avril), la 13ème demi-brigade participe à l’expédition de Narvik (Norvège), puis en mai-juin 1942 à Bir Hakeim (Libye). A El-Alamein, le colonel Amilakvari est tué le 24 octobre.

1942 combat en Tunisie, puis Italie. 1944 débarque en Provence. Lors de sa remontée vers Belfort, incorpore un bataillon d’Ukrainiens servant alors dans la Wehrmacht. 1945/1954 en Indochine elle perd 109 officiers, 1082 sous-officiers et 9092 légionnaires. A Diên Biên Phu, fournit environ 50% des troupes avec 4 régiments d’infanterie, un de cavalerie blindée, deux bataillons parachutistes et diverses formations autonomes (génie, transport, entretien), 1500 morts et 4000 blésés. 1954/1962 en Algérie, 20 000 légionnaires participent au maintien de l’ordre. Rallié au putsch d’Alger d’avril 1961, le 1er REP fut dissous le 30 avril à Zéralda. 1962 (24 octobre) quitte Sidi-bel-Abbès (qu’elle avait fondé en 1842), brûle le pavillon chinois qui, pris en 1884 à Tuyen-Quang, ne devait pas quitter Sidi-bel-Abbès, emporte la main de bois du capitaine Danjou, les reliques du musée du Souvenir et exhume les cercueils du Général Rollet "père de la Légion", du Prince Aage de Danemark (1887-1940, petit-fils du roi Christian IX) et, symboliquement, du légionnaire Heinz Zimmermann, dernier tué d’Algérie, qui seront transférés à Puyloubier, près de Marseille.

1969/1978 plusieurs interventions au Tchad. En 1978, opération aéroportée sur Kolwezi au Zaïre. Le 2ème REP (colonel Érulin) protège les nationaux et Européens, contre les rebelles katangais. En 1982, au Liban, la Légion pour la première fois intervient dans le cadre d’une opération sous casques bleus.

1991, trois régiments Légion participent à la guerre du Golfe. Depuis 1992, la Légion fournit des troupes en ex-Yougoslavie et participe à toutes les formes d’action internationale. 1992, la Légion est au Cambodge et intervient en Somalie puis en 1994 au Rwanda. En 1996, elle rétablie l’ordre en Centre-Afrique ainsi qu’en 1997 au Congo. 2002/2003 opération Licorne en Côte d’Ivoire.



Inscriptions sur les drapeaux

Batailles et théâtres d’opérations qui ont été inscrits ou sont inscrits sur les drapeaux et étendards de la Légion étrangère depuis sa création. Le nom de CAMERONE est inscrit sur tous les drapeaux et étendards, en tête des noms des batailles et théâtres d’opérations propres à chaque régiment.


MOSTAGANEM - 1833

CONSTANTINE - 1837

MOUZAÏA - 1840

COLEAH - 1841

DJIDJELLY - 1842

TEDJENNA - 1845

ZAATCHA - 1849

FEDJ MENAZEL - 1851

ALMA - 1854

SEBASTOPOL - 1855

KABYLIE - 1857

MAGENTA - 1859

SOLFERINO - 1859

OAJACCA - 1865

SONTAY - 1883

EXTREME ORIENT - 1884/1885

TUYEN-QUAN - 1885

LANGSON - 1885

DAHOMEY - 1892

MAROC - 1892/1907

MADAGASCAR - 1895/1905

MAROC - 1907/1913

MAROC - 1914/1918

ARTOIS - 1915

CHAMPAGNE - 1915

ORIENT - 1915/1917

LA SOMME - 1916

LES MONTS DE VERDUN - 1917

VAUXAILLON - 1918

MAROC - 1921/1934

LEVANT - 1925/1926

RACHAYA - 1925

SYRIE - 1925/1926

BJERVIK-NARVICK - 1940

KEREN-MASSAOUAH - 1941

BIR-HAKEIM - 1942

EL ALAMEIN - 1942

DJEBEL ZAGHOUAN - 1943

DJEBEL MANSOUR - 1943

TUNISIE - 1943

OUSSELTIA - 1943

ROME - 1944

COLMAR - 1945

ALSACE - 1944/1945

AUTHION - 1945

STUTTGART - 1945

INDOCHINE - 1945/1954


Dernière édition par le Jeu 17 Aoû - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MG
Caporal
Caporal
MG

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 20/06/2006

LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 17 Aoû - 9:48

Historique des régiments Paras Légion


Le 1er Régiment Etranger de Parachutistes




Le 1er Régiment Etranger de Parachutistes est né en 1948 à Khamisi sous l’appellation de "1er Bataillon Etranger de Parachutistes" qui prendra part aux opérations du Tonkin. Après plusieurs sacrifice sur That Khé, Cho Ben, Annam et Dien Bien Phu, il quitte l’Indochine en février 1955 et totalise 5 citations à l’ordre de l’armée, avec la fourragère aux couleurs de la médaille militaire. Il débarque en Algérie en février 1955, s’implante à Zéraldal et devient "1er Régiment Etranger de Parachutistes". Les opérations commencent : Nementchas, frontières tunisienne et marocaine, puis l’expédition de Suez. Le 6 novembre 1956, il débarque à Port-Fouad et opère rapidement tout au long du canal. Après la route du pétrole au Sahara, les opérations se déroulent dans la région de Guelma. Le 1er R.E.P. est dissous le 30 avril 1961 à Thiersville.


Le 2ème Régiment Etranger de Parachutistes




Il y a plusieurs décennies, naissait à l’autre bout du monde, une nouvelle confrérie de guerriers "les parachutistes de la Légion". De la vieille Légion, ils avaient recueilli les traditions de rigueur, de solidité, de discipline et de dévouement. Des parachutistes, ils avaient la jeunesse, la souplesse, l’enthousiasme et le goût de l’insolite. Ils formèrent vite une troupe unique en son genre les "Bataillons Etrangers de Parachutistes".

Créé le 2 octobre 1948 à SETIF en Algérie, le 2ème Bataillon Etranger de Parachutistes est engagé moins d’un an plus tard en Extrême-Orient. Cinq années durant, il sera de tous les combats et disparaîtra à Dien Bien Phu. Recréé à Hanoï, il quitte la terre indochinoise en 1955, seule unité du corps expéditionnaire Français à avoir obtenu 6 croix de guerre avec palme et la fourragère de la Légion d’Honneur. En décembre 1955, le bataillon devient régiment. Il s’installe à Philippeville et participe, au sein de la 25ème division aéroportée, à toutes les opérations d’Afrique du Nord. Il s’installe définitivement à Calvi en 1967. Le 2ème REP intervient depuis lors, sur tous les théâtres où l’armée française est engagée. Dans les différents pays d’Afrique, au Liban puis, sous l’égide de l’O.N.U. ou de l’O.T.A.N., en Bosnie et au Kosovo. Le 2ème REP est stationné à Calvi (Corse), il a un effectif d’environ 1200 hommes.

Le 2ème REP est le seul régiment de métropole stationné sur une île et bénéficie d’un cadre unique pour son entraînement, "la Corse". Seul héritier des unités de légionnaires parachutistes, le 2ème REP se veut le régiment des missions "insolites", fidèle à la devise que lui ont confiée ses anciens "MORE MAJORUM".


Le 3ème Régiment Etranger de Parachutistes




Le 3ème Régiment Etranger de Parachutistes est créé en avril 1949 à Mascara. La 7ème compagnie d’instruction de parachutistes du 1er étranger rejoint Sétif. En novembre 1949 il devient le "3ème Bataillon Etranger de Parachutistes". Sa mission est d’instruire et de former les légionnaires destinés à la relève des 1er et 2ème B.E.P. Cependant, en 1952, il participe au maintien de l’ordre en Tunisie. Le 4 mai 1954, le 3ème B.E.P. dans son intégralité part pour l’Indochine. Le 25 mai, il est à Haïphong. Le 1er juin, le 3ème B.E.P. prend le nom du 2ème B.E.P. en s’intégrant avec les rescapés de ce bataillon anéanti à Dien Bien Phu. Le 3ème B.E.P. renaît à Sétif et à cette occasion, les B.E.P. vont accéder au rang de Régiment. Le 1er septembre 1955, le 3ème B.E.P. est dénommé 3ème Régiment Etranger de Parachutistes. Implanté à Flatna, il devient aussitôt opérationnel mais, le 1er décembre 1955, il est dissous. Tous les hommes seront affectés au futur 2ème REP.
Revenir en haut Aller en bas
MG
Caporal
Caporal
MG

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 20/06/2006

LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 17 Aoû - 9:52

Le Boudin

Les origines du mot, comme celles du célèbre refrain, sont assez mal connues. Il s'agirait du rouleau parfait de la toile de tente fixée sur le sac et que l'on appelait volontiers "boudin". C'est peu de temps avant le départ du Régiment étranger pour le Mexique que Monsieur Wilhem, chef de musique, composa cette marche qui est devenue la marche de la Légion étrangère.

Les paroles actuelles ont probablement été adoptées vers 1870 : le Roi des Belges avait demandé que ses sujets ne combattent pas en France et de nombreux Alsaciens et Lorrains s'engageaient à la Légion...
Revenir en haut Aller en bas
MG
Caporal
Caporal
MG

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 20/06/2006

LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES EmptyJeu 17 Aoû - 10:01

Le képi blanc
Le képi blanc est le symbole du légionnaire dans le monde entier. A l'origine, il s'agissait en fait d'un couvre képi de couleur kaki, comme en portaient toutes les unités qui participaient à la pacification du Maroc. A la Légion, sous la double action du soleil et des lavages répétés, il prit vite un aspect immaculé et devint l'objet de fierté des anciens.

Il fera sa première grande apparition officielle à Paris le 14 juillet 1939 et son port sera étendu à tous les régiments à la fin de la guerre. Il n'est porté que par les militaires du rang, les sous-officiers et les officiers portent le képi noir frappé de la grenade à sept flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




LES TRADITIONS MILITAIRES Empty
MessageSujet: Re: LES TRADITIONS MILITAIRES   LES TRADITIONS MILITAIRES Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
LES TRADITIONS MILITAIRES
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum réserve opérationnelle :: Armées françaises :: Les Armées-
Sauter vers: