Forum réserve opérationnelle

Nouvelle adresse du forum : SERVIR & DEFENDRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les voeux du CEMA aux Armées - 08.01.2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Les voeux du CEMA aux Armées - 08.01.2008   Lun 14 Jan - 17:28

Messieurs les Officiers généraux,

Mesdames, Messieurs,

Au début de chaque année, il est de tradition d’échanger des vœux.

C’est la première fois que le CEMA réunit à cette fin, autour de lui, des représentants des Armées. Cela a une signification bien particulière.

Echanger des vœux, cela dépasse la simple politesse consistant à souhaiter à chacun un avenir meilleur. Echanger des vœux, cela consiste à dire tout le prix que l’on attache à l’avenir de celui à qui on s’adresse.

Cette tradition prend un sens particulier lorsqu’il s’agit de vœux collectifs. Elle manifeste alors la conscience d’un destin partagé, conscience qui anime ceux qui reçoivent comme ceux qui formulent ces vœux.

C’est pourquoi il m’a semblé naturel que les Armées puissent, en ce début d’année, partager ensemble leurs souhaits pour 2008.

En nous rassemblant ici aujourd’hui, nous prenons acte du fait que ce qui nous réunit, ce qui réunit les militaires et le personnel civil des trois Armées et des services, est devenu plus fort que ce qui nous distingue.

L’unité de nos Armées, l’unité de l’institution militaire, elle ne s’exprime pas seulement par les rationalisations, les coopérations, les mutualisations. Sans doute, cette année, nous devrons aller plus loin dans cette direction, pour, sous la conduite du ministre, mettre en œuvre les orientations retenues par les autorités politiques lorsque les commissions qui se penchent actuellement sur notre Défense, et auxquelles nous participons, auront rendu leurs conclusions. Nous devons à nos concitoyens de dépenser au mieux chacun des euros qu’ils nous confient. Nous devons tirer parti des expériences accumulées par chacune des armées ou chacun des services et les mettre en commun pour qu’elles profitent à tous. Nous devrons aussi refuser dans ce domaine toute approche idéologique en restant pragmatiques et attentifs à la préservation des véritables expertises là où elles existent.

Mais là n’est pas l’essentiel.

Car ces mutualisations et ces synergies ne peuvent en définitive être que le reflet d’une unité plus substantielle qui est celle de nos Armées en opérations. C’est ce qui doit encore et toujours être le point focal de nos préoccupations. C’est dans ce domaine que les progrès qui ont un véritable sens restent possibles. Trop souvent, animés par un zèle qui a d’ailleurs sa légitimité, nous tendons à imaginer nos opérations par le prisme d’une seule composante. Trop souvent, légitimement fiers de l’atout que représente pour notre pays la détention de telle capacité, de telle spécialité ou de telle unité, nous peinons à nous échapper de schémas obsolètes ou de logiques bureaucratiques. Trop souvent aussi, ignorants de la réalité du terrain, nous pouvons être tentés de promouvoir une interarmisation très artificielle.

C’est en gardant ces écueils à l’esprit que nous allons devoir entamer cette année la construction d’une nouvel outil de défense militaire après la validation, par le Président de la République, des travaux du livre blanc. Celui-ci fixera un niveau d’ambition pour notre pays ; il fixera nos missions et les ressources consenties par la Nation.

Mais, soyons-en convaincus, c’est à nous, et à nous seuls, que reviendra la responsabilité de développer des Armées efficaces, opérationnelles.

Dans ce cadre, les évolutions que nous allons vivre présenteront des difficultés. Mais ces difficultés ne doivent pas nous obnubiler.

Ces évolutions sont aussi une formidable occasion de faire progresser notre organisation, de faire aboutir des réformes jusqu’à présent bloquées par l’inertie du système administratif français, de transformer nos façons d’agir. Nous devons saisir ces occasions, qui ne se représenteront pas avant quelques années, voire quelques décennies.

C’est à nous qu’il reviendra ensuite, finalement de nous engager sur le terrain, de réussir nos missions. C’est à nous que reviendra le mérite du succès militaire ou la responsabilité de l’échec. C’est un devoir vis-à-vis de nos concitoyens. C’est un devoir vis-à-vis de nos soldats, de nos marins ou de nos aviateurs que de les engager en opérations au sein d’une force militaire efficace.

Cette dimension commune de l’engagement opérationnel renvoie à ce qui nous rassemble dans la même identité militaire. Nous portons tous des uniformes différents mais nous portons tous un uniforme militaire.

Au bout des perspectives du soldat, du marin, de l’aviateur, que nous sommes, à l’arrière plan de nos réflexions, au plus intime de nous-même, il reste toujours cette certitude que l’uniforme que nous avons librement choisi peut nous conduire à risquer notre vie ou à prendre celle d’un autre. Aujourd’hui même, nous pensons à ceux de nos camarades qui ont donné leur vie pour notre pays en 2007.

C’est ceci, cette éthique spécifique, plus que toute autre considération qui doit nous engager à envisager ensemble cette année 2008, car c’est ceci qui nous unit.

Cette communauté dans l’acceptation du don suprême est aussi ce qui donne tout son prix à chacune des traditions de nos Armées, de nos armes ou spécialités ou de nos unités. Ces traditions sont l’expression de cette réalité, expression toujours différente en fonction de l’histoire, des particularités de milieu ou de matériel. Elles ne trouvent leur sens que si elles se rattachent à la tradition militaire d’ensemble ; alors elles sont porteuses d’avenir.

Soyons convaincus que nous sommes porteurs d’une richesse humaine, de valeurs que nous devons mettre au service de la nation qui nous porte. Que notre poids dans le pays se mesure d’abord à la confiance que nos concitoyens continuent d’avoir dans ce rempart que les Armées représentent pour eux.

C’est en ayant à l’esprit ces quelques vérités que nous devrons agir tous ensemble au service de notre pays durant cette année. Comme aimait à le dire Gustave Thibon, " le plus sûr moyen d’échapper à l’immobilisme est de se laisser pénétrer par l’immuable ".

Je souhaite que, durant cette année, nous puissions prendre appui sur l’immuable qui nous est commun pour aller de l’avant. L’idée militaire a de l’avenir, car elle correspond à une nécessité. Elle a de l’avenir car elle est permanente.

Je voudrais ajouter à ces vœux très militaires une mention particulière pour les civils des Armées. Sans porter l’uniforme, ils partagent nos espoirs comme un grand nombre de nos difficultés et à ce titre, ils font partie intégrante de la communauté militaire.

Je complète naturellement ces vœux pour notre institution par des vœux plus personnels d’épanouissement professionnel et familial, en les étendant à ceux qui vous sont chers.

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les voeux du CEMA aux Armées - 08.01.2008
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voeux présidentiels aux Armées
» Recherche PHOTOS MARINE pour le musée de l'armée
» L'armée Normande !
» 2 décembre : Nocturne au Musée de l'armée à Bruxelles
» l'armée suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum réserve opérationnelle :: Armées françaises :: Actualités militaires-
Sauter vers: