Forum réserve opérationnelle

Nouvelle adresse du forum : SERVIR & DEFENDRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Dim 3 Fév - 11:36

http://www.youtube.com/watch?v=Xrm3O20IQZE

A prendre avec des pincettes quant aux commentaires, mais les images sont intéressantes puisqu'on y voit un Mi8 "Hip" et un T54 des FDS tchadiennes.

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commandant Mouss
Général de corps d' armée
Général de corps d' armée
avatar

Nombre de messages : 874
Age : 56
Localisation : SOMME 80
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Dim 3 Fév - 12:07

Tchad: tirs d'armes lourdes dans le centre de N'Djamena



Des tirs d'armes lourdes ont eu lieu dimanche matin dans le centre-ville de N'Djamena où s'opposent depuis samedi les troupes gouvernementales du président Idriss Deby et la rébellion tchadienne, a constaté un journaliste de l'AFP. Evènement


La France a proposé dès vendredi soir à Idriss Déby de le faire sortir du Tchad en proie à la rebellion s'il considérait sa vie en danger mais le président tchadien a refusé, a-t-on appris dimanche de source proche de l'Elysée.

Des tirs de canons de chars et d'armes automatiques ont été entendus dimanche en provenance du centre-ville où est située la présidence tchadienne. Selon des sources militaires, des hélicoptères de l'armée tchadienne ont pu décoller et ont ouvert le feu. Ils ont décollé de la base militaire tchadienne à l'aéroport où se trouve également la base française du dispositif Epervier, a constaté le journaliste de l'AFP.

Lire aussi
Tchad: les rebelles dans N'Djamena, le président Deby résiste depuis la présidence
Tchad: Paris se prépare à une évacuation en se gardant d'intervenir
L'ONU évacue l'ensemble de son personnel de N'Djamena
lire la suite Des avions de combat Mirage français ont également décollé dimanche matin et survolent actuellement N'Djamena, larguant notamment des leurres pour éviter d'être pris pour cibles, selon des sources militaires. Samedi, ces avions français n'avaient pas fait de sorties quand les rebelles étaient entrés dans la ville et lors des affrontements qui avaient opposé troupes gouvernmentales et forces rebelles.

Les hélicoptères ont notamment attaqué une colonne de rebelles tchadiens qui tentent une percée dans le secteur de la radio, dans le sud-est de la ville, selon une source militaire. Ces nouveaux affrontements interviennent après une nuit globalement calme.

"Nous ne sommes pas allés prendre l'aéroport pour ne pas gêner l'évacuation des ressortissant étrangers et maintenant l'armée française laisse décoller des hélicoptères (tchadiens) qui viennent nous attaquer", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'alliance de la rébellion Abderaman Khoulamallah, contacté par téléphone satellitaire.

Au cours de la nuit, des vols d'évacuation d'étrangers ont eu lieu en direction de Libreville. Dimanche matin, le personnel de l'ambassade des Etats-Unis a été évacué vers la base militaire française à bord d'une dizaine de véhicules, dans l'espoir de quitter le Tchad par avion si les conditions de sécurité sont remplies, a-t-on indiqué de source militaire.

Les rebelles tchadiens sont entrés samedi dans la capitale N'Djamena, où le président Idriss Deby était toujours retranché dans le palais présidentiel alors que la Libye annonçait dans la soirée que le principal chef de la rébellion, Mahamat Nouri, avait accepté un cessez-le-feu.

Parallèlement, les premières évacuations de ressortissants étrangers du Tchad ont commencé samedi soir, après l'arrivée à N'Djamena de quatre appareils militaires français destinées à ces opérations.

Un cessez-le-feu proposé par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, chargé samedi par l'Union africaine (UA) d'une mission de médiation, a été accepté samedi soir par le principal chef de la rébellion, le général Mahamat Nouri, selon l'agence officielle libyenne Jana.

Au cours d'un entretien téléphonique de M. Kadhafi avec le général Nouri, chef de l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), "il a été convenu d'un cessez-le-feu et de négociations pour l'application de l'accord de paix de Syrte (Libye)", signé le 25 octobre 2007 entre la rébellion et le gouvernement tchadiens, mais resté lettre morte, a précisé l'agence. Le colonel Kadhafi a eu également des entretiens samedi soir avec le président tchadien Idriss Deby Itno qui lui a assuré que "les forces gouvernementales contrôlaient la situation", selon Jana.

A N'Djamena, un premier avion français a décollé vers 21H00 GMT à destination de Libreville avec à son bord 75 ressortissants français et d'autres pays non précisées, a annoncé l'état-major des armées françaises.

"Quelque 900 personnes ont gagné les trois points de rassemblement ouverts à N'Djamena avant d'être ramenées vers le camp Kossei des forces françaises, qui jouxte l'aéroport", a précisé un porte-parole. "Pour l'heure, environ 400 d'entre elles souhaitent être évacuées et nous effectuerons autant de rotations que possible entre N'Djamena et Libreville pendant la nuit", a-t-il expliqué. Ces ressortissants devaient ensuite partir vers Paris à bord d'un Boeing 777 affrété par la France, selon le ministre de la Défense, Hervé Morin.

Après l'entrée des rebelles dans la capitale samedi matin et trois heures d'affrontements avec les troupes gouvernementales, un calme relatif régnait en fin d'après-midi et les tirs n'étaient plus que très sporadiques. Mais la situation restait confuse autour de la présidence. Selon des sources militaires, les rebelles contrôlaient les quartiers périphériques et une bonne partie du centre-ville.

Des pillages ont été constatés dès leur arrivée, selon des responsables de services de sécurité d'organismes internationaux. Un responsable d'un service de sécurité de l'ONU a estimé que les combats avaient dû être violents, car il a vu samedi "beaucoup de cadavres dans les rues", notamment des corps calcinés ou déchiquetés.

Selon une source militaire française, environ 2.000 rebelles équipés de mitrailleuses, lance-roquettes et Kalachnikov ont pénétré dans la capitale.
Sources AFP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Dim 3 Fév - 12:15

Ambiance à N'Djamena samedi 02.02.2008
http://video.google.fr/videoplay?docid=-9084920237027817219&q=N%27Djamena&pr=goog-sl

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Dim 3 Fév - 12:37

Selon Hervé MORIN, entendu ce matin (03.02.2008) sur Europe 1, le chef d'état-major tchadien, Daoud Soumaïn, aurait été tué dans les combats.

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Dim 3 Fév - 19:40

Les 6 Mirage F1 et l'Atlantique 2 qui étaient basés à N'Djamena ont été déplacés vers Libreville au Gabon...

Plusieurs centaines de soldats de la Garde présidentienn d'Idriss Déby auraient franchi la frontière camerounaise et ont été désarmés et internés par les autorités locales à Kousséri.

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse


Dernière édition par le Dim 3 Fév - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Dim 3 Fév - 19:57

202 ressortissants étrangers ont quittés Libreville à destination de Paris aujourd'hui à bord d'un A310 de l'Armée de l'Air.

D'autre part un C-130 Hercules transportant 104 personnes s'est envolé de N'Djamena vers Libreville en fin de matinée.

Deux de nos soldats ont été blessés, et nos troupes ont du ouvrir le feu à plusieurs reprises après avoir été prises à parties par des tireurs non identifiés.

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Dim 3 Fév - 20:33

Point de situation de l'EMA le 03.02.2008 ; 18.00

Les combats se poursuivent à N’Djaména.

A 18h00, 1130 ressortissants se trouvent sous la protection des forces françaises, soit dans les points de regroupement, soit au camp Kosseï, soit à Libreville, soit dans les avions en vol vers la France

Cette nuit, profitant d’une accalmie de la situation, 397 ressortissants volontaires pour être évacués de N’Djaména ont été transportés vers Libreville au Gabon. Trois C160 Transall et 2 C130 Hercules ont été engagés dans cette mission. Cet après-midi, deux rotations ont permis d'acheminer 181 personnes vers Libreville. Les ressortissants évacués ont été accueillis par les forces françaises stationnées au Gabon, au camp de Gaulle, en attendant d’être rapatriés vers la France.

Ces ressortissants font partie de ceux qui avaient rejoint au cours des jours précédents les points de regroupement, sécurisés par les militaires français des EFT. Ils ont ensuite été transportés par des véhicules blindés français entre leur point de regroupement et la base française à N’Djaména, le camp Kosseï.

Parallèlement, pour des raisons de sécurité liées à la proximité des combats entre les forces tchadiennes et les rebelles, six mirage F1 et deux ATL 2 qui étaient jusqu’alors stationnés sur l’aéroport de N’Djaména ont rejoint dans la matinée des aéroports de desserrement. Ils restent en mesure d’intervenir à tout moment au profit des EFT.

Enfin, au cours des opérations de protection de nos ressortissants effectuées ces derniers jours, deux militaires français ont été très légèrement blessés

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Lun 4 Fév - 10:36

Les combats à l'arme lourde ont repris dès l'aube ce lundi matin.

Dimanche de violents affrontements se sont déroulés à Adré, dans l'est du Tchad.

Les FDS affirment que les rebelles bénéficiaient d'un appui aérien soudanais.

Hervé MORIN, interrogé dimanche soir à ce sujet a répondu :
"Nous n'avons pas de confirmation d'un tel appui. Nos armées n'ont pas détecté cela."

Questionné sur une éventuelle untervention des troupes françaises, le ministre déclare :
"Nous tenons nos engagements, sachant que nous sommes inquiets et que nous souhaitons que l'intégrité du Tchad soit préservée. La France ne peut intervenir que soit dans le cadre d'un accord particulier, type accord de défense, soit dans le cadre d'un mandat qui lui serait confié par l'ONU pour assurer l'intégrité du Tchad et du gouvernement légitime."

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Lun 4 Fév - 14:07

Les rebelles se seraient retirés de N'Djamena pour "laisser le temps aux populations civiles de pouvoir enterrer leurs morts et de pouvoir quitter la ville" selon Abderamane Koulamallah, le porte-parole des rebelles.

Deux colonnes de renfort arriveraient de la frontière soudanaise, avec munitions, carburant et vivres.

Les gouvernementaux clament leur victoire et affirment avoir "écrasé les bandes de mercenaires soudanais"

Quelle que soit l'issue de l'affaire, la France se retrouve enfoncée un peu plus dans le bourbier tchadien.

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mar 5 Fév - 13:56

En ce mardi matin la population fuit N'Djamena.

Dans les rues de la ville les traces des violents combats sont nombreuses. Cadavres au coin des rues, épaves calcinées de pick-up, chaussées dévastées par les chenilles des T54.

Dans le ciel de la capitale les 2 Mi24 et le Mi17 gouvernementaux, pilotés par des mercenaires russes et mexicains, tournent sans relâche.

Nos troupes continuent à regrouper les ressortissants étrangers et tiennent fermement l'aéroport et sa piste.

Quelque part, pas loin, un Atlantique 2 orbite, jouant à plein son rôle de "capteur électronique". Les rebelles le savent qui "arrachent [confisquent] tous les thurayas [téléphones satellitaires] pour éviter de se signaler".

Parce qu'étrangement, immédiatement après chaque interview par téléphone satellitaire accordé par un "chef" rebelle", les hélicoptères gouvernementaux rappliquent et lâchent salves de roquettes et rafales de mitrailleuses.

De façon surprenante, les rebelles n'ont pour seul armement anti-aérien que des ZPU 2 (des bitubes de 14,5) et de très rares ZU23-2. Pas le moindre SAM7...

Les commanditaires ont été "généreux" quantitativement mais pas qualitativement... Il ne faudrait pas que vienne à l'idée des "opposants" d'allumer un Transall ou un Hercules français...

Il en va de même pour l'armement anti-char. Si les RPG7 pullulent au point d'être quasiment des armes individuelles, pas le moindre missile anti-char...

Faut-il voir là une marque de la rapidité, voire de la précipitation, avec laquelle le "rezzou" a été monté ? Pas le temps, ni les moyens, de former des tireurs... Il fallait faire vite pour bloquer le déploiement de l'EUFOR...

Pendant ce temps, une forte colonne de rebelles soudanais du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) - mouvement d'opposition soudanais généreusement soutenu par Idriss Déby - progresse à marche forcée vers N'Djamena pour venir en aide aux Forces de défense et de sécurité gouvernementales...

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mar 5 Fév - 14:16

Dans la foulée de la résolution prise lundi par le Conseil de Sécurité des Nations Unies qui "condamne fermement les attaques perpétrées par des groupes armés contre le gouvernement tchadien" et appelle "les Etats membres à apporter leur soutien au gouvernement du Tchad" le Gouvernement français, par la voix du ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner, a adressé une mise en garde aux rebelles et exprimé le souhait de "ne pas avoir à intervenir plus avant".

De son côté, Nicolas Sarkozy - en déplacement à Bucarest - a déclaré lundi :
"la situation au Tchad est préoccupante parce que le Tchad a un gouvernement légitime, celui d'Idriss Déby, sorti des urnes en 2004. C'est un gouverment légitime qui doit donc être soutenu"
point de vue de la France
".

"La première question, c'est d'éviter la guerre civile au Tchad, c'est de soutenir le gouvernement légitime et de condamner fermement l'action des rebelles. On ne prend pas le pouvoir, dans aucune région du monde, par les armes"

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Grognard
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 286
Age : 39
Localisation : RMT
Date d'inscription : 06/07/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mar 5 Fév - 17:40

Jean-François BRILLANT a écrit:

Mais très "diplomatiquement" les autorités françaises, tout en regrettant la prise du pouvoir par la force, rappellent que les accords militaires prévoient que la France est garante de l'intégrité territoriale du Tchad... pas du maintien de l'ordre... ou de la paix civile...

Le ton change... La position de la France aussi.... Y aurait'il eu de nouveaux accords?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mar 5 Fév - 18:00

Pas de nouveaux accords, une déclaration du Conseil de Sécurité qui permettrait à la France d'intervenir sans être "montrée du doigt" par la communauté internationale...


Conseil de sécurité

5830e séance – matin

LE CONSEIL CONDAMNE AVEC FERMETÉ LES ATTAQUES PERPÉTRÉES PAR DES GROUPES ARMÉS CONTRE LE GOUVERNEMENT DU TCHAD ET DEMANDE AUX ÉTATS MEMBRES D’APPORTER LEUR APPUI À CE DERNIER

Il se félicite que l’Union africaine ait décidé de confier aux dirigeants de la Libye et du Congo la direction des efforts visant à parvenir à une solution négociée à la crise

À l’issue de consultations officieuses, le Président du Conseil pour le mois de février, M. Ricardo Alberto Arias, du Panama, a fait, ce matin, au nom des membres du Conseil, la déclaration suivante:

Le Conseil de sécurité exprime sa profonde préoccupation devant la situation au Tchad.

Le Conseil approuve la décision datée du 2 février 2008 par laquelle l’Union africaine a condamné avec fermeté les attaques perpétrées par des groupes armés contre le Gouvernement tchadien, exigé la cessation immédiate de la violence et appelé tous les pays de la région à respecter l’unité et l’intégrité territoriale des États membres de l’Union africaine.

Le Conseil se félicite en particulier de la décision qu’a prise l’Union africaine de charger le Guide libyen, le colonel Muammar Kadhafi, et le Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, de prendre la direction des efforts destinés à inciter les parties à mettre un terme à la confrontation et parvenir à une solution négociée à la crise.

Le Conseil condamne fermement ces attaques et toutes les tentatives de déstabilisation par la force et rappelle son attachement à la souveraineté, à l’unité, à l’intégrité territoriale et à l’indépendance politique du Tchad.

Le Conseil exhorte tous les États de la région à respecter pleinement les engagements qu’ils ont pris en ce qui concerne le respect et la sécurité de leurs frontières communes, en particulier dans l’Accord de Tripoli du 8 février 2006, l’Accord de Riyad du 3 mai 2007 et l’Accord de Syrte du 25 octobre 2007.

Le Conseil demande aux États de la région de renforcer leur coopération en vue de mettre fin aux activités des groupes armés et à la tentative de leur part de saisir le pouvoir par la force.

Le Conseil demande aux États Membres, conformément à la Charte des Nations Unies, d’apporter leur appui comme le demande le Gouvernement tchadien.

Le Conseil exprime sa préoccupation devant la menace directe que les combats représentent pour la sécurité de la population civile, notamment pour les personnes déplacées et les réfugiés.

Le Conseil réaffirme son plein appui à la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) et à la force de l’Union européenne (EUFOR TCHAD/RCA), dont il a autorisé le déploiement dans l’est du Tchad et dans le nord-est de la République centrafricaine par sa résolution 1778 (2007), en vue de contribuer à la protection des populations civiles vulnérables et de faciliter la fourniture de l’assistance humanitaire.

Le Conseil exprime son inquiétude pour la sûreté et la sécurité du personnel humanitaire, du personnel des Nations Unies et du personnel et du matériel de l’Union européenne déployés au Tchad. Il souligne que toutes les parties ont la responsabilité d’assurer la protection de tous ces personnels et du personnel diplomatique présent au Tchad.

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babar
1e classe
1e classe
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mar 5 Fév - 18:27

Pas de nouveaux accords non.

http://www.un.org/News/fr-press/docs/2008/CS9238.doc.htm

Déclaration du Conseil de sécurité des Nations Unies...qui n'est pas une résolution faisant suite à un vote!!!

Aucune autorisation ou feu vert dans ce texte pour que Paris ou un autre fasse le boulot à la place des gouvernementaux.

Déclaration non contraignante et ne donnant de feu vert à personne pour quoi que ce soit!

La France continue sa politique à (très) courte vue en Afrique en général, au Tchad en particulier.

Le gouvernement "légitime" que Sarko et consorts appellent à défendre est sorti d'élections truquées et est le sujet de rapports bien documentés tous les ans quant aux exactions et crimes qu'il commet contre sa population et celles de pays voisins :
- Soudan selon le principe "les amis de mes ennemis sont mes ennemis",
- Centrafrique où Déby a installé l'actuel président et participe à la répression que celui-ci organise dans les zones en rebellion contre le pouvoir de Bangui

On continue à Paris à penser que même si Déby n'est pas parfait, il est la seule alternative au Tchad...court-circuitant l'opposition civile et politique non armée dans ce pays.
Une opposition que Déby a envoyé en prison d'ailleurs dès qu'il a perdu le contrôle de Massaguet en rentrant à N'Djamena mais ça apparemment tout le monde s'en fout.

La France est, à mon avis et je ne suis pas le seul à émettre un tel avis, dans la me.de!

Paris fait le forcing à l'ONU pour obtenir le feu vert et s'engager "plus en avant" en ayant le droit de son côté.
Ce dont la Russie, la Chine et, étrangement (?) dans une moindre mesure, le Royaume Uni ne veulent pas entendre parler.
Moscou a d'ailleurs rejeté l'idée même d'une réunion du Conseil de sécurité pour voter une résolution.
La déclaration obtenue au forceps est un moindre mal...un pis aller aussi sans doute.

Pour satisfaire la politique spectacle de locataire du Quai d'Orsay (seul aux commandes car l'Elysée ne sait que trop penser apparemment en ce moment...faut dire que depuis le discours de Dakar, Sarko n'est pas en odeur de sainteté en Afrique noire), il faudra que la mission EUFOR ait lieu...quoi qu'il en coûte!

C'est là le seul objectif actuel de Kouchner, ce qui renforce effectivement cette désagréable sensation que notre politique dans la région est franchement à court terme.

Avec maintenant ce dilemme...

* Paris soutien Déby et écrase cette rebellion...l'EUFOR a lieu et plie bagages d'ici 1 an car je doute fort que Irlandais, Polonais et autres signent pour rester plus longtemps (il n'y a qu'à voir le cas de la RD Congo avec les Allemands en 2006).
Et dans 1 an, peut-être même avant, ces rebelles auront pris en compte ce soutien et ne l'oublieront pas quand ils reviendront...mieux équipés et mieux préparés.

Exemple simple : ils sont arrivés dans N'Djamena sans arme anti-aérienne en dehors des mitrailleuses de 14.5 ou des bitubes de 23mm montés sur leurs véhicules...à craindre dans un futur proche : des missiles sol-air pour faire face à la menace hélicos de Déby.
Idem pour de l'armement AC plus conséquent, Déby utilisant l'argent du pétrole tchadien pour acheter ces derniers temps des blindés.

On passe d'ailleurs sous silence actuellement que discrètement à la fin de l'année 2007 Paris a livré plus de 150 missiles Milan à Déby (les Irlandais avaient hurlé en demandant à Paris d'expliquer sa définition de la neutralité pour une mission européenne dont elle allait constituer l'ossature dans un pays où elle armait l'un des belligérants)...au titre bien entendu de l'AMT (assistance militaire technique), ces engins ont probablement servi dans les combats des derniers jours.

* 2e versant de ce dilemme : se poser en intermédiaire...une fois de plus!
Là on s'acheminerait vers un scénario à l'ivoirienne...désastre annoncé au bout du chemin!


Paris n'a clairement pas tiré les leçons des 20 dernières années de sa politique en Afrique et c'est ahurissant pour ne pas dire rageant de voir que "mêmes causes, mêmes effets" et bis repetita!
Anticipation des crises : zéro!
Gestion? Au lieu de se limiter à la protection des populations civiles et/ou de ses intérêts, la France louvoie entre indifférence et ingérence plus ou moins marquée selon le pays et les enjeux.

Au-delà du cas Déby, si on n’aide pas à transformer la façon de faire de la politique au Tchad, ça se reproduira.
Or, voilà que Sarko, Kouchner & Co ne bronchent même pas à l'emprisonnement arbitraire de la seule opposition politique civile crédible au Tchad?
Elle est où la rupture?

Le Rwanda de 1994 est passé par là, renforcé par la Côte d'Ivoire de 2004.
Depuis 1994, Paris refuse d'apparaître en première ligne.
Depuis 2004 et la traque des Français à Abidjan, Paris n'a pas compris que son attentisme est de moins en moins bien supporté par des Africains qui n'attendent plus tout de la France, qui peuvent se tourner vers de nouveaux acteurs (l'Amérique est de retour et la Chine et l'Inde veulent leur part du gâteau des matières premières).

(Re) lire le N° 2456 de la semaine du 3 au 9 février 2008 de l'hebdomadaire "Jeune Afrique" et l'interview du président de Djibouti résumée en une phrase ": "Djibouti n'a plus besoin de la France!"

On voudrait aujourd'hui sauver Déby d'une rebellion quand en 2002 face à un coup d'Etat on a obligé l'Ivoirien Gbagbo à s'asseoir à la même table que ceux qui venaient le renverser?

A N’Djamena actuellement, l’attitude française est même en dessous de la Côte d'Ivoire : ni intervention, ni interposition.
Essayez d'aller expliquer ça aux Africains.

Depuis 1990 et la fin de la Guerre Froide, la France est encore aujourd'hui incapable de définir une ligne de conduite claire de son action sur le dernier continent où elle exerce une influence...
La crainte étant que face à la concurrence qu'elle subit là-bas, n'est-il en quelque sorte trop tard pour maintenir cette influence qui décline jusqu'au coeur de son "pré carré"?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mar 5 Fév - 19:40

Il y a quelques semaines à peine nous évoquions le problème tchadien Babar et moi... les événements auront été plus rapides que nous le pensions alors...

Merci à toi Babar d'avoir mis en exergue ce point que j'ai "zappé" dans mes précédents messages, l'arrestation du leader de l'opposition démocratique, Ibni Oumar Mahamat Saleh qui a été enlevé à son domicile, dimanche soir, par des soldats encagoulés.

Ibni Oumar Mahamat Saleh est le secrétaire général du PLD (Parti pour les libertés et le développement), formation politique d'opposition et le porte-parole de la coalition des partis d'opposition.

Pas un mot de la part de notre ministre des Affaires étrangères à ce sujet !

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mer 6 Fév - 10:34

"Si la France doit faire son devoir, elle le fera [...] Que personne n'en doute."
" Si le Tchad était victime d'une agression, la France aurait -je mets le conditionnel - les moyens de s'opposer à cette action "
a déclaré Nicolas Sarkozy en déplacement à La Rochelle mardi 5 février, avant de poursuivre
"Maintenant qu'il y a la décision du Conseil de sécurité, il faut laisser le Tchad tranquille [...] et arrêter maintenant avec ces actions rebelles."

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mer 6 Fév - 10:40

Les troupes françaises ont procédé à l'évacuation de 1.029 ressortissants étrangers - 71 nationalités - de N'Djamena vers Libreville en 13 vols d'avions de transport tactique Transall et Hercules.

245 personnes sont sous protection militaire française dans N'Djamena, dont une centaine souhaitent quitter le pays.

Un avion en provenance de Libreville et transportant 450 évacués est attendu dans les minutes qui viennent à Roissy.

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mer 6 Fév - 10:48

Le Figaro se montre ce matin assez "critique" à l'égard de la ligne suivie par le Gouvernement français :

Paris a volé au secours de la victoire d'Idriss Déby

La France a attendu que le président tchadien prenne le dessus sur les rebelles pour afficherà son égard un franc soutien.
C'est avec un soulagement non dissimulé que Paris a vu, ces derniers jours, le président Idriss Déby inverser en sa faveur le sort des armes, face aux rebelles qui l'assiégeaient dans N'Djamena. Si le retrait des groupes armés hors de la capitale ne mettait pas un point final à leur offensive, hier, l'alerte semblait écartée, permettant à la France de voler au secours de la victoire bien engagée du dirigeant tchadien.

Hier, Nicolas Sarkozy lui a apporté un soutien sans ambiguïté en déclarant que la France «ferait son devoir» au Tchad. Une fermeté confortée par l'adoption à l'unanimité, lundi, d'une déclaration non contraignante du Conseil de sécurité de l'ONU, appelant «les États membres à apporter leur soutien au président Déby».

Selon le président français, «si le Tchad était victime d'une agression, la France aurait conditionnel les moyens de s'opposer à cette action contraire aux règles du droit international». La déclaration onusienne conférerait en effet un caractère légal à une éventuelle intervention. À Paris, on mise plutôt sur la nature dissuasive de la proclamation du Conseil de sécurité, qui est venue s'ajouter aux condamnations du coup de force rebelle par l'Union africaine et l'Union européenne. Car, comme l'a indiqué Bernard Kouchner, lundi soir, la France espère bien «ne pas à avoir à intervenir militairement» au Tchad.

Comme la corde le pendu

Au début de l'offensive rebelle, les militaires français de la force Épervier (1 200 hommes) n'ont pas engagé d'action pour dissuader les colonnes rebelles de poursuivre leur avance, comme ce fut le cas dans le passé. Les soldats français n'ont «jamais pris part» aux combats entre armée régulière et rebelles tchadiens, déclarait hier le porte-parole de l'état-major français, le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, évoquant seulement des situations de «légitime défense».

«Si nous ne sommes pas intervenus, c'est aussi que le président tchadien ne nous a jamais demandé d'appui militaire», affirme-t-on à Paris. La France n'a appliqué qu'a minima l'accord de coopération militaire avec le Tchad, lui fournissant du renseignement et une aide logistique, mais se refusant à faire le coup de feu. Paris a soutenu le président tchadien assiégé dans son palais comme la corde le pendu : en lui proposant un hélicoptère pour fuir ses assaillants…

Si la France a montré aussi peu d'empressement à cette phase de la crise, c'est qu'une intervention aurait eu des conséquences néfastes pour l'Eufor, la force européenne à forte dominante tricolore (2 100 Français sur 3 700 soldats) dont le déploiement prévu à l'est du Tchad et en Centrafrique a été différé par les combats. Pièce maîtresse de l'engagement français, laborieusement mise sur pied pour contribuer au règlement de la crise du Darfour, l'Eufor a suscité des réticences parmi les Européens, qui suspectent parfois Paris de vouloir s'en servir pour défendre son pré carré, en l'occurrence à travers la défense du régime Déby. En soutenant celui-ci à bout de bras par les armes, la France aurait prêté le flanc aux critiques pour son interventionnisme.

Paradoxalement, il n'est pas certain qu'elle y échappe, en confortant, avec retard, un président tchadien qui a senti le vent du boulet. Malgré son souci de tourner la page post-coloniale et de s'appuyer sur la légitimité internationale, Paris n'a manifestement pas renoncé à peser, politiquement et militairement, sur un pays jugé capital pour le maintien de son influence en Afrique.

Par son poids géographique, aux confins des mondes sahélien, africain et arabe, le Tchad est considéré comme un verrou dont Paris veut garder la clé, avec l'aval d'Idriss Déby. Un président qui sait se montrer compréhensif, comme on l'a vu en 2007 lors de l'affaire de L'Arche de Zoé.


Alain Barluet
http://www.lefigaro.fr/international/2008/02/06/01003-20080206ARTFIG00271-paris-a-vole-au-secours-de-la-victoire-d-idriss-deby.php

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-François BRILLANT
Admin
Admin


Nombre de messages : 4963
Localisation : Derrière mon APN
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Mer 6 Fév - 16:24

Hervé MORIN, ministre de la Défense, s'est rendu à N'Djamena ce mercredi matin pour marquer le soutien de la France à Idriss Déby.

"La France fera ce qu'elle a déjà fait dans les limites du droit international et des règles que le président de la République (française) a imposé aux forces pour cette opération" a-t-il notamment déclaré.

Quelques 200 pick-up rebelles restent en position à proximité immédiate de la capitale tchadienne.

Une, peut-être deux, colonne(s) de renforts font route vers N'Djamena apportant probablement vivres, carburant et munitions.

La colonne du JEM favorable à Idriss Déby qui marchait vers la capitale semble s'être "évaporée".

La question décisive est (me semble-t-il) la suivante : les colonnes rebelles en route vers N'Djamena disposent-elles ou non de moyens anti-aériens et anti-chars performants ?

Si oui, l'implication directe des troupes françaises risque d'être inévitable. Pour neutraliser les hélicoptères gouvernementaux les rebelles seront obligés de s'en prendre à l'aéroport. S'ils le font, les troupes françaises ne pourront pas rester l'arme au pied.

Si, au contraire, les colonnes "montantes" n'ont pas d'armement lourd les mercenaires qui pilotent les hélicos vont faire un massacre...

En tout état de cause les prochains jours seront décisifs...

_________________
S + KOH - Souffre et Potasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babar
1e classe
1e classe
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Ven 8 Fév - 22:59

Ca commence à avoir un goût de RCI année 2004...
A l'époque suite aux combats dans Abidjan, concernant les ponts de la ville et l'hôtel Ivoire, la comminication des armées était passée de "l'armée française n'a pas ouvert le feu" à "ouverture du feu en légitime défense (ce que personne ne conteste) sans faire de victimes" pour finir à "ouverture du feu et tant de victimes."

Le quotidien La Croix nous rapporte que au Tchad, l'armée frnaçaise aurait pris part aux combats contrairement à ce que les autorités françaises clament depuis le début de la crise.

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2328320&rubId=1094

Et nous sommes passés d'ores et déjà de "aucune implication, nous restons neutres" à "ouverture du feu en légitime défense" et la dernière version est "ouverture du feu mais aussi respect des accords nous liant au Tchad quant à la fourniture d'une logistique, de renseignements, d'un soutien sanitaire...et de la livraison de munitions."
(par la Libye de Khadafi interposée pour les munitions, suite aux conversations téléphoniques entre Paris, Tripoli et N'Djamena)

Je me moque finalement de savoir si oui ou non cela s'est passée...ce qui m'étonne le plus dans cette affaire est l'absence de ligne directrice pour la gestion de cette crise.
Vite résumé, il faut se poser ces questions :

- y-a-t-il un pilote à bord dans la gestion de la politique africaine de la France? Si oui, où est-il?

- avons-nous honte d'assumer nos engagements? Si pilote il y a, ont-ils conscience de ce que cela pourrait impliquer dans un futur plus ou moins proche tant au Tchad que dans d'autres pays d'Afrique auprès des gouvernants comme de la population civile et/ou d'une opposition aux régimes en place?

On parlait plus haut du "ménage" fait par Déby...
Les journalistes français et américains (France 2 et NY Times) retenus mardi soir à l'aéroport ont retrouvés leur liberté de mouvement mercredi en fin de journée...bizarre d'ailleurs si les Yankees ont protesté, la chaîne française n'a même pas mentioné cet "incident" dans ses journaux télévisés ou sur son site.
Pour les locaux par contre...opposition politique, associations de défense des droits de l'homme, de ceux de la femme : leurs représentants (re)goûtent à l'inconfort des geôles tchadiennes et personne ne moufte!

Le chancelier autrichien a délivré ce jeudi soir une affirmation à laquelle le Quai d'Orsay n'a toujours pas réagi : «si un des pays membres de l'Eufor prenait activement part aux combats en mettant des troupes à disposition d'une des parties, l'UE devrait reconsidérer l'engagement de l'Eufor».
Silence radio mais plus on s'approche de la date de déploiement et plus Polonais et autres Irlandais se montrent nerveux.

Bonne nouvelle malgré tout : le dénouement (provisoire) de la crise tchadienne a transformé le président Déby en un fervent défenseur de cette EUFOR qu'il vilipendait il y a encore quelques jours, jouant la montre (sa spécialité apparemment) pour ne pas voir arriver les soldats européens.
Ainsi donc, après Kouchner (qui tient là le dernier jouet de sa politique spectacle) et Bolloré (qui lui tient les ports et les entreprises de logistique qui verront l'acheminement d'une partie des hommes et des matériels depuis le Cameroun vers le Tchad...un dossier intéressant à étudier), nous trouvons enfin un Africain "influent" (sic) parmi les défenseurs de cette opération militaro-humanitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pmo
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 53
Localisation : 78
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Ven 8 Fév - 23:53

Vous avez dit du mal de Bolloré, vous finirez aux Galères mon ami !
Juste une question: comment on va faire pour débarquer des sacs de riz ? (sacré Bernard!)

_________________
"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://servir-et-defendre.com/
pmo
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 53
Localisation : 78
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   Sam 9 Fév - 0:24

Le POINT _08/2/2008 :

En bons frères d'armes, les militaires français ne se moquent pas, bien sûr ! Mais la mésaventure de leurs camarades autrichiens à N'Djamena a fait le tour des popotes. Le week-end dernier, alors que les combats faisaient rage dans la capitale tchadienne, 15 soldats d'une unité de reconnaissance de l'armée autrichienne sont terrés dans leurs chambres de l'hôtel Kempinski, le plus luxueux de N'Djamena. Ils font partie de l'avant-garde du contingent autrichien de la mission européenne au Tchad en Centrafrique, l'Eufor.

Alors que les combats s'intensifient autour de leur luxueux hôtel, les Autrichiens, qui disposent de leurs véhicules, et de leurs armements avec leurs munitions, estiment ne pas être suffisamment opérationnels pour rejoindre par leurs propres moyens l'aéroport de la capitale, sécurisé par les Français. Après des heures à chercher un moyen de joindre ces derniers, ils finissent par y parvenir, et leur demandent de les rejoindre à leur hôtel pour les en "extraire", selon la formule consacrée. Une colonne française composée d'un GFS (Groupement de forces spéciales) finira donc par venir chercher, lundi 4 février, les Autrichiens apeurés, et par les protéger jusqu'à leur arrivée au camp Kossei, sur l'aéroport.

Au ministère de la Défense à Vienne, on a confirmé au Point cette affaire, en précisant que le groupe de soldats "ne comptait qu'un seul membre des forces spéciales", et que les autres "n'étaient pas suffisamment entraînés pour traverser une ville durant des combats". Depuis lundi, les soldats autrichiens se trouvent au camp Kossei, sous protection française
.

_________________
"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://servir-et-defendre.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Offensive rebelle au Tchad - 31.01.2008.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» sur le départ pour le Tchad
» Poussette double QUATTRO TOUR DUO 2008
» Royal Rumble 2008
» Calvi 6 et 7 juin 2008
» Nouveaux tests TCS 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum réserve opérationnelle :: Armées françaises :: Actualités militaires-
Sauter vers: